Sur les traces de Lovecraft – Tome 1 (Masse Critique)

sur-les-traces-de-lovecraft-1031117Titre : Sur les traces de Lovecraft

Auteur : Barnett Chevin / Jean-Pascal Martin / Paul Martin Gal / Pierre De Beauvillé / Sylwen Norden / Marie Thullien / Hélène Duc / Cyril Durr / Yann Quero / Serge Rollet / Kéti Touche / Stéphane Vranckx

Maison d’édition : Nestiveqnen

Collection : Fractales / Fantastique

Date : 18 Novembre 2017

Papier : 20€

eBook : /

Résumé :

Depuis la Miskatonic University d’Arkham jusqu’aux plaines sibériennes, en passant par Kadath ou le plateau de Leng, voyagez sur les traces de H.P.Lovecraft…
Cette anthologie réunit douze nouvelles inédites d’auteurs qui ont su rendre un hommage passionné à Lovecraft et à son œuvre.

Mon avis :

Je souhaite vivement remercier Babelio et Nestiveqnen qui, grâce à la Masse Critique, m’ont permis de découvrir ce livre.

Dans cet ouvrage nous découvrons douze nouvelles d’auteurs différents, alors en faire un résumé rapide est impossible. Et faire un résumé de chaque nouvelle prendrait trop de temps et surtout certaines nouvelles sont vraiment courtes alors ça gâcherait tout. Du coup je vais simplement parler de l’œuvre dans sa globalité plutôt que de me concentrer sur chaque texte comme j’aurais pu le faire pour un recueil de nouvelles plus petit.

Nous découvrons donc douze récits qui ont une thématique en commun : Lovecraft. Un auteur assez peu connu au final sauf peut-être pour ce qui tourne autour de Cthulhu car en ce moment on en mange à toutes les sauces. Dans les jeux vidéo, dans les séries, sur internet, etc… Et je dois le dire, c’est pour cette raison que je connais Lovecraft, sinon je ne me serais jamais intéressée à ce recueil de nouvelles. Après quand je dis qu’il n’est pas très connu c’est plus par rapport à d’autres auteurs. Beaucoup de gens qui ne lisent pas ou ne s’intéressent pas du tout à ce plaisir connaissent pourtant JK Rowling, Guillaume Musso ou encore Marc Levy. Lovecraft de son côté passe plutôt inaperçu…

En tout cas chaque nouvelle est plus ou moins longue et je dois dire que c’est déroutant au début. Car lire une nouvelle qui fait soixante-quinze pages et ensuite une qui n’en fait que quatorze c’est particulier. Mais après chaque auteur a son histoire à raconter et le fait de la manière qu’il le souhaite. Et après tout la longueur d’une nouvelle ne correspondra jamais à l’intérêt qu’elle peut susciter.

Alors au final tout ça c’est bien beau, mais qu’est-ce que j’ai pensé de ce livre ? Et bien… je ressors assez déçu je dois le dire. Pas à cause des nouvelles en elles-mêmes, car elles sont assez fluides, sans vraiment de temps mort car vu que ce sont des nouvelles elles vont directement au cœur du sujet. Mais je n’ai pas accroché pour autant. Que ce soit à l’univers qu’aux différentes histoires. Alors cela veut peut-être dire que je ne suis pas faite pour lire ce genre d’histoire, ou c’est peut-être parce que je n’ai pas lu de Lovecraft avant. Peut-être que si je l’avais fait j’aurais été bien plus plongée dans l’histoire.

C’est donc avec de moins en moins d’envie que j’ai fini ma lecture. Mais l’écriture et la curiosité m’ont quand même fait finir ma lecture. Même s’il y a une nouvelle entière que je n’ai pas lue… Pour vous expliquer, avant chaque nouvelle il y a une très belle illustration. Je ne m’y attendais pas en recevant le livre, mais j’ai trouvé l’idée très bonne. Surtout que les illustrations sont vraiment belles. Mais voilà, au bout de la deuxième nouvelle on comprend tout de suite que l’illustration n’est pas juste là pour faire joli : elle représente la nouvelle. Et il y en a une où, en gros plan, on a une araignée géante. Je ne peux pas, quand il s’agit de ces bestioles là je suis incapable d’apprécier ma lecture et pire je sais que je suis capable d’angoisser alors j’ai simplement passé la nouvelle. Donc mon avis ne concerne que onze nouvelles. Si ça tombe c’était la meilleure du lot et je suis passée à côté d’une pépite… Tant pis, avec n’importe quel autre animal j’aurais pu prendre sur moi, mais pas là.

En tout cas si vous aimez Lovecraft je vous conseille ce livre car cela devrait vous intéresser. Et si vous êtes curieux de découvrir ce recueil sachez qu’il faut apprécier les histoires sombres, remplies de mystère. Ce livre n’était certes pas pour moi, mais je sais qu’il plaira à un bon nombre de personnes.

Ma note : 2/5

Citation :

« Là, sous le toit du Pitt Rivers Museum, à hauteur de la seconde galerie, la nuit prenait forme. En réponse à l’incantation du grand-prêtre, les ténèbres s’agitaient. L’éther tourbillonnait, à l’intérieur même du musée ! Les barques polynésiennes suspendues aux solives métalliques paraissaient aux prises avec un maelstrom infernal, et cependant elles restaient immobiles. Car le phénomène, bien réel, se surimposait à la réalité, il en dissolvait peu à peu les contours pour imposer une ouverture vers… ailleurs. Et dans ce néant sidéral, des forces étaient à l’œuvre, cherchant à pénétrer l’univers. À la fois terrifié et fou de rage, Irvin Murray reconnut l’entité qui était apparue à Connall dans les ténèbres du Nemet Ddu ! Grouillante, informe, emplie de mille destructions et de mille souillures, l’Abomination portée par des ailes noires, qui n’a ni durée ni mesure ni hauteur ni longueur mais s’étend par-delà les mondes et, immobile, tourbillonne sans fin ni commencement… l’horreur s’infiltrait dans le Pitt Rivers Musem comme un monstrueux ver cosmique ! »

Publicités

4 réflexions sur “Sur les traces de Lovecraft – Tome 1 (Masse Critique)

  1. Euh… Comment dire ? Vous ne vous relisez pas ? Car le nombre de fautes d’accord est juste effarant pour quelqu’un qui ambitionne de critiquer des textes de qualité. L’éditeur et les auteurs fournissent un travail important à ce niveau : relectures, corrections plusieurs fois par plusieurs personnes. Je ne comprends pas que ce ne soit pas une ligne conductrice de votre travail de chroniqueuse / bloggeuse… C’est trop superficiel d’écrire comme on parle. Derrière ce recueil, il y a des professionnels qui vont douter de votre crédibilité.

    J'aime

    1. Dès ma présentation il est précisé que je n’étais pas la plus douée en orthographe et en un an et demi d’existence vous êtes la première à m’en faire la critique. Après je suppose que vous n’avez pas pris la peine de lire ma présentation et que vous vous êtes contenté de venir me critiquer ici. Alors oui il y a sûrement des fautes, ça je n’en ai jamais douté une seule seconde et surtout je n’ai jamais prétendu le contraire, mais est-ce vraiment difficile de le dire de manière gentille ? Par exemple de me montrer où elles sont pour que je corrige le tout et que je m’améliore ? À moins que pour quelqu’un qui a clairement décidé de faire un commentaire blessant, être un minimum gentil soit trop dur ? Parce que là en dehors de me descendre, vous ne faite strictement rien.

      En plus j’ai du mal à comprendre la réflexion sur les éditeurs et les auteurs, car je n’ai jamais critiqué une seule fois l’orthographe de qui que se soit, et ce, depuis le début de mon blog et même bien avant. Mais bon être facilement blessant et plus simple que de ce renseigner. Surtout que quand on voit le nombre de fautes dans certains livres je trouve ça plutôt ironique, mais je suppose que vous n’écouterez pas ce commentaire. Donc je suis désolé que vous n’ayez pas apprécié ma chronique, mais après il faut quand même le dire : publié des livres et des histoires c’est aussi accepter la critique quelle soit bonne ou mauvaise. Si on est pas capable de faire une telle chose, on garde ces textes pour soit. Si j’avais été désagréable dans ma chronique, si j’avais descendu le livre en flèche en disant juste « il est nul ce bouquin » ou quelque chose comme ça : là j’aurais trouvé votre commentaire tout à faire pertinent. Et même logique. Mais là vous vous en prenez à quelqu’un qui déteste détruire le travail des autres ce que vous par contre vous faite avec une facilité déconcertante on dirait. J’ai toujours défendu les livres, même ceux que je n’ai pas apprécié.

      Donc mon blog et ma chronique de vous plaisent pas ? Parfait, il y a une magnifique croix rouge en haut de votre page, vous pouvez cliquer dessus et ne jamais revenir pour ma part ça ne changera rien à ma vie.

      J'aime

  2. J’ai lu votre page d’accueil et c’est pour cela que je vous conseille de vous relire ou faire corriger. Si ça ne gêne personne, et bien tant mieux. Je pourrais vous retourner votre argument (celui où l’auteur doit accepter n’importe quelle critique, même si en effet vous ne descendez pas le livre : ouf ! Ils ont eu chaud !). Si vous ouvrez un blog que tout le monde peut lire, attendez-vous à ce genre de message (le mien qui n’est pas blessant, juste une remarque pour vous améliorer).
    1 ) m’ont permit (pas de t mais un S : m’ont permis)
    2 ) certaines nouvelles sont vraiment courte (il faut accorder : courteS)
    3 ) Du coup je vais simplement de parler de l’œuvre (je vais simplement parler de l’œuvre). J’enlèverai « Du coup » qui est une expression très moche.
    4 ) on en mange à toute les sauces. (accords : à touteS les sauces) expression qui laisse à désirer…
    5 ) Et je le dire (?) Et je le diS
    6 ) je ne me serais jamais intéressé (ici accord : intéresséE)
    7 ) ce recueil de nouvelle (là aussi : nouvelleS car il y en a plusieurs)
    8 ) Beaucoup de gens qui ne lisent pas ou ne s’intéresse pas (accord : intéresseNT pas
    9 ) soixante-quinze page (donc pageS, il y en a plusieurs)
    10 ) chaque auteur à son histoire à raconté (chaque auteur A : dans le sens de posséder, verbe AVOIR) à raconteR (préposition suivie d’un verbe à l’infinitif / pour vérifier remplacer raconter par vivre, un verbe du 3 ème groupe 😉 )
    11 ) et le fait de la manière qu’il le souhaite (maladroit)
    12 ) elles sont assez fluide (fluideS : accord avec elles au pluriel)
    13 ) j’aurais été bien plus plongé (plongéE car avec auxiliaire être, on accorde le participe passé avec le sujet, Je. Vous êtes du genre féminin, il me semble)
    14 ) une nouvelle entière que je n’ai pas lu (luE, accord du participe passé avec nouvelle quand il est précédé du pronom relatif QUE. Il y a un COD après. Je n’ai pas lu quoi ? : une nouvelle.
    15 ) au bout de la deuxième nouvelles ont comprend (2 erreurs : pas de S à nouvelle, il n’y en a qu’une et pas de T à on (invariable, remplace IL)
    16 ) je suis incapable d’apprécié (appréciER : ici remplacer apprécier par voir, si on peut dire incapable de voir = verbe à l’infinitif.)
    17 ) pour faire jolie (invariable, c’est une expression. JOLI)
    18 ) mon avis ne concerne que de onze nouvelles (ne concerne que onze nouvelles)
    19 ) je suis passé (passéE) Je est du genre féminin
    20 ) cela devrait vous intéressez.(intéressER) Cela devrait vous faire rire… Infinitif, donc
    21 ) les histoires sombres, remplie de mystère. (rempliES)
    22 ) à un bon nombre de personne (personneS) Seront plusieurs.
    Voilà, j’ai relevé les erreurs.
    Pour résumé notre échange. Je ne voulais pas vous blesser, mais par respect pour les auteurs, vous devriez quand même ne pas parler à la légère de votre manque de corrections qui m’apparaissent très gênantes pour quelqu’un qui veut chroniquer des ouvrages. Certains ne sont pas très bien corrigés, je vous l’accore, mais ce n’est pas une raison. Il faut toujours se surpasser. Tendre vers le meilleur.
    Bonne continuation.

    J'aime

  3. Ping : Bilan Avril 2018 – Les lectures d'Oriane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s