Courtiser le mauvais frère

courtiser-le-mauvais-frere-1101120Titre : Courtiser le mauvais frère

Auteur : Clare London

Maison d’édition : Dreamspinner Press

Collection : Dreamspun Desires

Date : 11 Septembre 2018

Papier : 9.48€

eBook : 4.29€

Résumé :

À quel point peut-on se retrouver empêtré dans une histoire d’amour ?
Quand Dominic Hartington-George, alpiniste bourru, se met à la recherche d’un sponsor pour sa prochaine expédition, son agent londonien exige que ce soit une personne que les médias jugent sympathique – comme le célèbre mannequin Zeb Z.
Zeb ne peut se rendre à leur rendez-vous, alors il demande à son jumeau, Aidan, de le remplacer juste pour la soirée. Aidan, un dramaturge torturé, fuit tellement les feux de la rampe que les gens ignorent que Zeb est son frère, ce qu’il n’accepte de reconnaître qu’à contrecœur.
Alors que la duperie doit se poursuivre au-delà du premier rendez-vous, Aidan se bat pour maintenir le simulacre. Dominic s’attache à ce compagnon aussi insolent qu’intelligent, et Aidan commence à tomber amoureux de l’explorateur. Mais combien de temps la conscience d’Aidan peut-elle supporter sa confusion grandissante ? Est-ce qu’avouer la vérité et révéler qu’il est « l’autre jumeau » détruira la confiance qu’ils ont établie ?

Mon avis :

Dominic Hartington-George est un alpiniste aussi célèbre qu’il a mauvais caractère. Mais quand il se doit de trouver un nouveau manager et que pour ce dernier il faut qu’il soit en couple, un malaise se créer. Le pire pour lui est que la personne qui est engagée pour jouer le rôle de son petit ami n’est autre que Zeb Z. C’est un célèbre mannequin qui n’a clairement rie en rapport avec l’alpiniste. De son côté, Zeb est dans l’incapacité de se rendre à ce rendez-vous, aussi supplie-t-il son jumeau de s’y rendre à sa place. Sauf qu’Aidan n’a rien en rapport avec Zeb, la supercherie marchera-t-elle ? Enfin, ce n’est que pour un seul et unique rendez-vous. Du moins, c’est ce qu’ils pensent…

J’adore la collection Dreamspun Desires qui a toujours le don de me mettre le sourire aux lèvres. Même s’il est vrai que les romances qu’on y trouve sont souvent très cliché ou facile à deviner, pour ma part j’adore !

Nous découvrons rapidement nos deux héros, trois si l’ont compte Zeb, et autant dire qu’ils n’ont effectivement rien en commun. Dominic est bourru, ne pense qu’à l’alpinisme et souhaite juste repartir en expédition. Zeb est un mannequin haut en couleur qui fait souvent la une, mais pas toujours pour les bonnes raisons. Et son côté Aidan est plutôt timide, inconnu du grand public et aime se perdre dans l’écriture de pièce de théâtre. Trois univers diablement opposés qui vont pourtant se retrouver en collision pour mon plus grand plaisir.

J’ai adoré suivre la rencontre entre Dominic et Aidan. Ces deux-là n’ont aucune envie de vivre ce premier rendez-vous arrangé qui ne représente en aucun cas qui ils sont vraiment. Mais Dominic n’a pas le choix car il lui faut un nouveau sponsor et Aidan se doit de faire ce que son frère ferait. Et si le rendez-vous est loin de se passer comme il le pensait, ils vont bien sûr aller jusqu’à ce revoir. Sauf que pour Dominic, c’est avec Zeb qu’il passe du temps. De ce fait un énorme quiproquo va se créer et j’ai trouvé ça vraiment très drôle à certains moments. Notamment un certain shooting photo, mais vous comprendrez vite quand vous lirez le livre, ou si c’est déjà fait je suis sûre que vous savez de quoi je parle.

C’est donc avec plaisir que j’ai suivis les aventures d’Aidan sous sa double identité. J’ai quand même un léger bémol à donner à ce livre, c’est la fin trop rapide à mon goût… Après cela dépend des goûts de chacun, mais pour ma part j’aime quand les héros ont le temps de bien se torturer séparément pour ensuite se retrouver. Là, si la découverte m’a totalement plu, il n’y a pas cette écart que j’aime trouver dans ce genre de romance. Seulement ce n’est qu’un détail qui, au final, ne m’a pas empêcher d’adorer ma lecture.

Ma note : 4/5

Citations :

« — Alors, quel est le rapport avec Hartington-George ?
— H-G ? Hairy Guy ?
Zeb se mit à battre des cils si exagérément qu’Aidan éclata de rire.
— Tu ne peux pas l’appeler comme ça.
— Bien sûr que si, je peux. Est-ce que tu as vu les photos de lui ? Un sacré ours. Il porte toujours une barbe, et rien à voir avec un petit bouc mignon.
Personnellement, Aidan trouvait l’homme vraiment magnifique. Sous les sourcils fiers, il avait des yeux irrésistibles qu’il imaginait plutôt doux si H-G voulait bien cesser de froncer. Il avait passé l’entretien sans problème à la télé, son assurance était évidente quand il parlait de son sujet préféré – les montagnes. Mais dès que la journaliste avait commencé à s’intéresser à ses plans pour le futur, le froncement de sourcil était revenu et il l’avait pratiquement fait taire de manière impolie. Ils étaient rapidement passés à autre chose après ça.
— Il est arrogant, dit Zeb, en ignorant manifestement ses propres faiblesses dans ce domaine. Obsédé par ses maudites expéditions. Déterminé, sans avoir jamais un moment pour qui que ce soit. Ou quoi que ce soit. Ça n’est pas étonnant qu’il soit à court d’argent.
Aidan cligna des paupières.
— Je ne le savais pas. Je pensais qu’il était en train de préparer un voyage pour l’Eiger ou quelque chose dans ce genre-là. Il me semble me rappeler d’un article paru dans le Guardian
— Mon Dieu, chéri, on dirait un vrai fan ! Est-ce que les alpinistes ont des fans ? »

« — Je n’aurais jamais pensé que tu puisses être mon type, je l’admets. Mais il y a cette étincelle entre nous, n’est-ce pas ?
Oh! Seigneur, oui. Mais Aidan ne pouvait pas l’admettre. Il sirota encore une gorgée, souhaitant avoir au moins avalé trois tourtes pour absorber les effets du champagne. L’enthousiasme brûlant provenant de son tout nouveau courage n’était pas aussi inébranlable qu’il le pensait.
Dominic sentait vraiment très bon : un mélange d’eau de Cologne à la vanille, ou peut-être de savon, et une note de tanin provenant du vin. Aidan ne put s’en empêcher ; ses lèvres s’ouvrirent légèrement et sa langue glissa à l’extérieur pour les humidifier.
— Par le ciel, lâcha Dominic avec un soupir tremblant. Tu es réellement magnifique.
Il paraissait choqué. Aidan se rappelait l’avoir entendu le dire quand ils s’étaient rencontrés dans sa maison mais, à présent, il y avait un grondement supplémentaire dans sa voix.
— Répète mon nom encore une fois. J’aime ça. La plupart des gens m’appellent Dom.
— Dom… Dominic.
Aidan perçut les mots mais ne se rendit pas compte qu’il s’être exprimé à voix haute. Son attention était fixée sur la bouche de l’alpiniste, pas sur la sienne.
Leurs lèvres se touchèrent.
Aidan hoqueta. C’était le plus léger des contacts, mais aussi brutal qu’un éclair venu du ciel. C’était comme si Dominic avait soufflé une flamme à travers sa bouche. Son corps tout entier se mit à trembler d’excitation, un flot de pur plaisir explosa sur sa peau, comparé à l’air humide du club. Dominic laissa sa main reposer doucement sur son épaule, à la jonction de son cou. Il glissa ses doigts sur sa gorge et frotta le creux sous sa pomme d’Adam. »

Publicités

Une réflexion sur “Courtiser le mauvais frère

  1. Ping : Bilan Septembre 2018 – Les lectures d'Oriane

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s