Cookie (Service Press)

cookie-1055926Titre : Cookie

Auteur : Aurora

Maison d’édition : BMR

Collection : /

Date : 27 Avril 2018

Papier : /

eBook : 9.99€

SERVICE PRESS

Résumé :

Statistiquement, Cookie sait qu’elle n’a aucune chance de trouver l’homme de sa vie : charmant, qui aime les rousses, les tatouages, et qui n’est ni veuf, ni marié, ni pervers, ni accro au boulot, ni alcoolique, ni puceau, ni… Enfin, la liste est longue.
Mais, lors d’une soirée arrosée, les amis de Cookie décident d’envoyer une bouteille à la mer avec ses coordonnées, pour déjouer les statistiques.
Quelles chances avait-elle de recevoir un message ? Quasi nulles ! Pourtant un inconnu lui écrit… et elle décide de se prendre au jeu. Après tout, elle n’a rien à perdre !

Mon avis :

Déjà, je souhaite vivement remercier BMR pour ce Service Press et pour leur confiance.

Cookie doit se faire une raison : les chances pour qu’elle trouve l’homme de sa vie est très mince. Malgré tout ses amies ne veulent pas la voir abandonnée et sur un coup de folie, son meilleur ami va jeter une bouteille à la mer avec ses attentes et de quoi la contacter à l’intérieur. Et quand un mystérieux inconnu va la contacter suite à cette fameuse bouteille, la vie de Cookie va être totalement bousculée.

Ce qui m’a donné envie de lire ce roman, c’est l’histoire de la bouteille à la mer. Je trouve ça juste génial que ce soit, potentiellement, le déclencheur d’une grande et belle histoire d’amour. Bien évidemment, rien n’est jamais aussi simple.

Je dois dire que j’ai été agréablement surpris par cette histoire. Et en bien, si on omet un point sur lequel je reviendrais plus tard. En tout cas nous nous retrouvons ici avec Cookie, dont le surnom lui vient de son meilleur ami du temps où ils étaient colocataires. Et c’est d’ailleurs ce même ami qui va avoir l’idée de la bouteille à la mer. À partir de là, toute la vie de Cookie va se retrouver chambouler. La bouteille ne sera pas obligatoirement la cause de chaque changement, mais elle y jouera quand même un rôle important.

J’aime beaucoup les triangles amoureux et là dans un sens nous en avons un. Je dis dans un sens, car au fond je dirais plutôt que notre chère Cookie à trois prétendants. En premier lieu nous avons Joshua, le mystérieux inconnu qui va trouver la bouteille et le message qui concerne Cookie. Petit à petit ils vont se parler et quelque chose va naître entre eux. Mais il n’en restera pas moins un homme mystérieux derrière un téléphone portable, pas assez pour que Cookie se laisse totalement aller.

Ensuite nous avons Dorian, le sex-friend de Cookie qui revient. Ce dernier est dans l’armée et donc il ne peut pas toujours être auprès de celle qui a finit par conquérir son cœur. Mais entre l’armée et une relation stable, parfois il y a un monde. Et pour Cookie c’est claire : ne voir son copain que deux semaines tous les six mois est impossible. Rien que là nous avons le fameux triangle amoureux que j’aime tant. Mais je pense que nous pouvons rajouter aussi Audry, le meilleur ami de Cookie dans la balance. Ce dernier souhaite le meilleur pour sa meilleure amie, mais en même temps il est terriblement jaloux. En tout cas avec tout ça, Cookie ne va pas avoir le temps de s’ennuyer !

Je vais continuer par le point négatif, car je n’en ai qu’un à dire, mais qu’il est en lien avec une très grosse partie du livre. Quand je lis une histoire, peu importe le genre, je veux que l’histoire prône sur tout le reste. Et cela me semble presque normal en fait. Mais voilà nous sommes dans une période où, plus que la romance, c’est le sexe qui prime. Sur un livre de trois cent pages, je trouve qu’il est normal – mais pas obligatoire – d’y trouver des scènes de sexe. Cela fait partie de la vie d’à peu près tout le monde. Par contre quand sur un livre de trois cent pages, il y en a presque deux cents liés au sexe, là ça commence à m’ennuyer fermement. À tel point qu’arriver sur la fin, j’ai tout simplement passé ces scènes là. Car ici, tout est prétexte au sexe : Cookie est triste ? Voilà la solution. Elle va bien ? Parfait, alors elle peut coucher avec quelqu’un. Elle a eu une nouvelle, quelle soit bonne ou mauvaise ? Sexe. Elle va voir ses amis ? Pas grave, elle écourte pour pouvoir coucher avec un mec. À force je trouve juste ça ennuyant, mais bien sûr il s’agit là d’un avis personnel.

Au final, en dehors du sexe à répétition, j’ai trouvé ce livre très intéressant. C’est une romance toute douce, ponctuée quand même de passage prenant, triste, joyeux ou à la frontière de ces deux émotions-là. Donc si vous aimez ce genre de romance, je suis sûre que vous apprécierez votre lecture !

Ma note : 3/5

Citations :

« > Le diable est dans les détails
Cette phrase est… étonnante, et étonnamment juste. J’ai une sorte d’impression de déjà entendue. Un petit copier-coller pour demander l’avis de mon pote Google.
> Nietzsche
Je frime, mais sans mon moteur de recherche préféré, je n’aurais jamais deviné.
> Je suis impressionnée
> Je l’espère bien
> Google ?
Grillé. Après tout, y a aucun mal, on ne peut pas tous maîtriser les philosophes allemands. Ouais, ouais, wikipedia.
> J’avoue
> Un bon point pour Gryffondor pour l’honnêteté
> Harry Potter. Lui, je le connais vraiment.
> Encore heureux. Ce serait éliminatoire
> Dis donc, j’ai l’impression que je dois me battre pour gagner le gros lot, mais de nous deux, c’est peut-être moi le gros lot.
> Je l’espère bien.
> Alors tu risque de devoir fournir quelques efforts pour me plaire
> J’y penserai. Je dois te laisser. À demain pour une nouvelle série de question.
> Le rendez-vous est pris. »

« — Et toi, est-ce que tu sais que je ne connais même pas ton vrai prénom ?
—  Sérieux ? Je ne te l’ai jamais dit ?
— Bah non, et puis tout le monde t’appelle Cookie. J’ai d’ailleurs envisagé  à un moment que ce soit ton vrai prénom. Ce serait une pure vacherie de la part de tes parents, mais on entend des trucs tellement dingues.
— Crois mois, la vérité ne vaut pas mieux. Reste sur Cookie, ce sera très bien.
— Allez dis-moi !
— Pas question. Je t’assure que c’est pire.
— Pas pire que tout ce que je peux envisager alors balance.
— T’imagines quoi ?
— Cunégonde, Bérangère, Ursule, Imogène, Marie-Antoinette peut-être…
— Ah ouais quand même, tu mets la barre haut. Mais c’est inutile d’insister, avec un peu de chance, je parviendrai par faire définitivement oublier mon vrai prénom. »

Publicités

Une réflexion sur “Cookie (Service Press)

  1. Ping : Bilan Mai 2018 – Les lectures d'Oriane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s