L’Âme de l’Enfer

l-ame-de-l-enfer-935844Titre : L’Âme de L’Enfer

Auteur : Westley Diguet

Illustratrice : Alexandra V. Bach

Maison d’édition : Gloriana Éditions

Collection : Impéria

Date : 14 Février 2018

Papier : 18.90€

eBook : /

Résumé :

Il est le dieu des Enfers. Redouté des Hommes. Honni par les siens.
Au fond de son cœur continue de brûler le désir ardent d’être enfin heureux malgré la tâche qui lui a été dévolue.
Hadès n’a pas souhaité régner sur les âmes des mortels. Cependant, rien ne l’empêchera de choisir sa reine. Quand bien même cela déchainerait les puissances des dieux de l’Olympe.
Découvrez le mythe légendaire de Perséphone et son dieu des Enfers dans un récit inédit illustré par Alexandra V. Bach.

Mon avis :

Tout le monde connaît le nom d’Hadès. Ce dieu qui règne sur les Enfer et sur les âmes des mortels. Au vu de ce titre, il est loin d’être aimé. Pourtant jamais il n’a réclamé ce titre qu’on lui a donné de force. Ne pouvant faire autrement il fait avec, mais au fond de lui il souhaite plus. Il veut vivre un amour qui saura rendre ses jours moins tristes. Il veut une reine. Et c’est en Perséphone qu’il l’a trouvera, mais le chemin jusqu’à elle sera long et difficile.

Je suis une amoureuse de mythologie même si je n’ai pas autant de temps à mettre dans cette passion que je le voudrais. Et en plus de ça j’ai une passion très particulière pour les démons et tout ce qui les touches. Donc bien sûr Hadès est un Dieu que j’aime à découvrir sous toutes ses formes. Alors une histoire parlant de lui et de son amour avec Perséphone ? Il ne me fallait rien de plus pour succomber !

Hadès règne sur l’Enfer depuis fort longtemps et son cœur commence à mourir à cause de cette solitude. Il ne la supporte plus et souhaite se trouver une reine, une qui l’aimera malgré son titre et son apparence. Cela n’est pas facile, pourtant il est le plus doux des dieux. Mais rares sont les gens qui surpassent l’apparence ou le titre. Il le découvrira à ses dépens. J’ai vraiment beaucoup aimé découvrir la façon dont Westley Diguet nous dépeint ce mythe. J’ai aussi plus que tout adoré voir la manière dont Hadès évolue dans cette histoire. Et j’ai été émerveillé par le travail d’Alexandra V. Bach pour les illustrations. Même si j’avais vu passer son travail sur Facebook, je trouve vraiment ses illustrations magnifiques !

Cependant je dois avouer que même si j’ai beaucoup apprécié ma lecture, certaines choses m’ont un peu peiné. Déjà il y a la mise en forme, alors je sais que ce n’est pas la faute des éditions Gloriana car ils ont eu un souci avec l’imprimeur et vu que j’avais précommandé le livre je fais partie de celles et ceux qui ont eu le problème. Alors je n’en veux pas du tout à la maison d’édition car ils se sont excusés dès qu’ils s’en sont rendu compte et ont trouvé un arrangement très vite aussi. Mais parfois c’est vrai que c’était dommage. Après le problème n’est là que pour les premières éditions, donc pour les gens qui comme moi avaient précommandé le livre.

La deuxième chose que j’ai trouvée dommage dans ce livre c’est… Perséphone. C’est un peu triste quand on c’est qu’elle fait partie du duo amoureux de ce tome. Mais justement c’est là le souci. Cette histoire est censée contenter leur légendaire amour et pourtant elle n’apparaît qu’à la moitié du roman. Et une fois qu’elle est présente nous ne la voyons presque pas car nous nous concentrons sur un autre personnage…

Au final j’ai bien aimé ce livre, même s’il me laisse un sentiment de pas assez. C’est habituel quand je lis une nouvelle, mais là c’est différent. Au final c’est une histoire où je m’attendais à découvrir les prémices de la romance entre deux êtres mythiques et je me retrouve avec beaucoup de choses, sans vraiment ce détail important. J’ai beaucoup aimé le fait que le livre se concentre surtout sur Hadès, mais je m’attendais quand même à autre chose. J’aurais juste voulu voir vraiment les sentiments de Perséphone arrive, la voir peut-être se débattre avec ça pour au final l’accepter pleinement. J’aurais aimé les voir apprendre à se connaître, se découvrir et s’aimer. Donc c’est une bonne histoire, même si je m’attendais à lire une toute autre histoire.

Ma note : 3.5/5

Citation :

« La jeune femme était grande – mais plus petite cependant que le dieu lui-même – et élancée. Ses longs cheveux blonds retombaient dans une légère ondulation au creux de ses reins. Sa poitrine, lourde et ferme, se mouvait gracieusement à chacune de ses inspirations. Mais ce qui frappa Hadès fut son regard Il était hypnotisant. Aussi bleu que le plus beau des océans, aussi vif que le plus intellectuel des Hommes et aussi innocent que celui d’un enfant qui vient de naître. Hadès en eut le souffle coupé et du s’agenouiller pour se rependre.
Il ne la lâcha pas du regard et se surprit à sourire béatement en la voyant rire avec ses amies. Elle était là, à quelques pas de lui, cueillant des narcisses, riant aux éclats, le vent dans ses longs cheveux. Sa peau claire que le soleil faisait scintiller comme tant de diamants qui en aurait fait rougir Héra.
— Oh, que vous êtes belle, souffla Hadès dans un murmure qu’il était le seul à pouvoir entendre.
Il lui avait suffit d’un regard pour tomber éperdument amoureux de la jeune femme. »

Publicités

Une réflexion sur “L’Âme de l’Enfer

  1. Ping : Bilan Mars 2018 – Les lectures d'Oriane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s