Cinder

cinder-752864Titre : Cinder

Auteur : Marie Sexton

Maison d’édition : MxM Bookmark

Collection : Contes et légendes / Imaginaire

Date : 1 Octobre 2014

Papier : 10€

eBook : 2.99€

Résumé :

Eldon Cinder donnerait n’importe quoi pour revoir le prince Xavier une dernière fois, mais seules les femmes sont invitées au bal royal. Quand une sorcière propose de faire d’Eldon une femme pour seulement une nuit, il accepte.

Un sort.

Une nuit.

Une danse.

Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Mon avis :

Si je devais des contes que j’aime particulièrement, je ne parlerais sûrement pas de Cendrillon. Mais pourtant Cinder, qui revisite ce conte, m’a totalement enchantée.

On découvre donc Eldon, un jeune homme qui vit chez sa tante et ses deux cousines. Tout comme la Cendrillon originale, il vit en faisant les corvées, et tout ce que sa tante et ses filles ne veulent pas faire. Un beau jour, alors qu’il va pêcher, il rencontre Xavier.

Xavier est prince, et son père ainsi que la loi disent qu’il doit choisir une épouse. Il part donc en ville pour rencontrer chaque jeune fille. Dès leur rencontre Xavier et Eldon vont lier une certaine amitié, qui est bien plus profonde pour Eldon. Mais voilà, le prince n’a pas beaucoup de temps, et dès qu’il aura trouvé une épouse, il partira.

Le dernier jour où le prince est présent, Eldon ne peut pas aller le voir. Il est désespéré à l’idée de n’avoir pas pu dire au revoir à Xavier. Alors il va trouver une solution pour aller au bal, où seules les jeunes femmes peuvent aller normalement.

J’ai absolument dévoré cette nouvelle. Les bases de Cendrillon sont présentes, autant la fameuse chaussure, que le bal, et bien sûr la romance. Le tout entre deux hommes qui n’aurait sûrement jamais dû se rencontrer tant leurs univers était différent, et qui pourtant, vous quand même être liés bien plus qu’ils ne le croient.

Ma note : 5/5
♥ Coup de cœur ♥

Citations :

« — Les choses convenables m’ennuient. »

« — Danse avec moi.
Je dus me forcer à parler.
— Sire ?
Ma voix parut complètement fausse. Elle était bien trop rauque, et trop chevrotante.
— Tu m’as entendu, dit-il. Danse avec moi.
Je me levai, malgré mes genoux tremblants. Il prit ma main droite dans sa main gauche. Il passa son bras autour de ma taille. Être si près de lui fit battre la chamade à mon cœur.
— Tu es prêt ? demanda-t-il.
— Non.
— Si, tu l’es, dit-il. Maintenant. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s