Prince Captif – Tome 1

prince-captif-tome-1-l-esclave-572836Titre : Prince Captif – Tome 1 : L’esclave

Auteur : C.S. Pacat

Maison d’édition : Milady

Collection : /

Date : 29 Mai 2015

Papier : 14.90€ / 7.90€ (poche)

eBook : 5.99€

Résumé :

Il devait être roi, il est devenu esclave.

 Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave de plaisirs au prince d’un royaume ennemi.

Beau, manipulateur et mortellement dangereux, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se faire de pire à Vère. Mais dans la toile mortelle de la politique vérétienne, les apparences sont trompeuses. Pris dans les manigances de la cour, Damen doit s’allier à Laurent pour sa survie et celle de son royaume. Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

Mon avis :

Damianos aurait dû monter sur le trône. Prince héritier du royaume d’Akielos, il se fait cependant trahi par son demi-frère qui prend sa place sur le trône et qui le jette lui comme esclave devant le prince ennemi. Laurent est le prince de Vère, il hait les Akieloniens, mais surtout il déteste le prince Damianos qu’il s’est fait la promesse de tuer un jour. Damen sait donc, dès qu’il devient son esclave, qu’il doit faire profil bas et cacher à tout prix sa véritable identité. Mais les intrigues de la cours à Vère sont importantes, et Damen se retrouve en plein milieu au vu de sa place près de Laurent.

J’entends parler de Prince Captif depuis des mois et des mois, alors en les trouvant dans ma librairie je n’ai pas réfléchi et j’ai acheté les deux premiers tomes. Puis en lisant des chroniques j’ai bien compris que le suspens était intenable, alors j’ai attendu d’avoir le troisième et dernier tome chez moi pour pouvoir me faire cette série.

C’est un livre MM, mais au vu du résumé, donc par rapport au fait que Damen est un esclave, Laurent un prince qui détester les Akieloniens et les intrigues politiques, je ne m’attendais pas à une grande et belle romance : cela aurait été assez bizarre. Donc de ce côté-là, ça va. Mais certaine chose m’ont quand même… laissé un goût amer. Je ne dirais pas que je n’ai pas aimé ce livre, ça serait mentir surtout que je l’ai dévoré en deux jours pour ensuite enchaîner sur la suite. Mais je ne dirais pas non plus que ce livre se place dans mes favoris, loin de là. Je n’ai pas vraiment apprécié certain passage, et ensuite il y a Laurent… J’ai l’habitude d’être attiré dans les livres, série ou film, par les garçons horripilant, énervant, égocentrique, etc. Mais là j’ai juste eu envie de lui foutre une claque tellement il m’a énervé…

Par contre au niveau de l’intrigue, du fait que chaque détail à son importance, ou encore au vu des mystères qui plane dans l’histoire : ça s’est un régal.

Ma note : 2.5/5

Citation :

« Damen n’avait jamais effectué une tâche servile de toute sa vie, mais il supposa que son orgueil comme son intelligence s’accommoderaient de celle-ci. À présent, il connaissait bien le rituel des bains. Cependant, il décela une sorte de satisfaction subtile émanant de Laurent, et une résistance instinctive au fond de lui-même. Il s’agissait d’une forme de service particulièrement intime ; il n’était pas entravé, et ils étaient seuls, un homme à la solde d’un autre.
Tous les accessoires avaient été soigneusement disposés : un broc d’argent rebondi, des linges moelleux, et des flacons d’huiles et de savon moussant en verre soufflé, coiffés de bouchons argentés. Celui que choisit Damen représentait une vigne chargée de raisin. Il sentit ses contours sous ses doigts tandis qu’il débouchait la petite bouteille, avec n bruit de succion. Il remplit le broc d’argent. Laurent lui présenta son dos.
La peau délicate de Laurent, lorsque Damen y versa de l’eau, prit l’éclat de la nacre. Son corps, sous la nappe glissante du savon, ne se révéla ni tendre ni souple, mais ferme et tendu comme un arc aux lignes élégantes. Damen supposa que Laurent s’adonnait à ces sports raffinés dont les courtisans étaient friands, et auxquels les autres participants lui permettaient toujours — puisqu’il était leur prince — de gagner.
Il progressa des épaules jusqu’au bas du dos. L’eau éclaboussa son propre torse et ses cuisses, où elle courut en petits ruisseau, laissant derrière elle des gouttelettes suspendues, étincelantes, menaçant de couler à tout moment. L’eau était chaude lorsqu’elle était extraite du sol, et chaude lorsqu’il la versait du broc d’argent. L’air lui-même était torride. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s